généalogie > origines

 

comme enfant, j'ai toujours pensé que mes origines se trouvaient dans les lieux de naissance de mes parents : Sainte-Croix (VD) pour mon père et Alexandrie (Egypte) pour ma mère.

un peu plus tard, cette notion c'est élargie aux grand-parents. aux deux lieux précédemment cités, il a fallu que je prenne en compte mes origines du sud de la France, mon grand-père paternel étant né à Montpellier.

pourtant, confusément, je savais qu'il y avait beaucoup plus à en apprendre. que cette vision "simple" (pour ne pas dire simpliste) n'était pas satisfaisante. il me fallait également tenir compte de deux éléments importants : il y avait d'une part cette "origine" qui apparaissait sur tout mes documents officiels, Goumoëns-la-Ville, et d'autre part tout le mystère des origines juives de ma mère.

aujourd'hui que j'en sais un peu plus sur quelques unes des branches de ma famille, j'ai tendance à revenir à ces notions simples. simplement parce que je n'arrive pas à "intégrer" l'ensemble des "origines" de mes ancêtres, et je suis loin, très loin de les connaître tous. très vite, j'ai été submergé par la multitude de ces origines potentielles.

de nos jours, le lieu de naissance n'est plus aussi parlant qu'auparavant. en effet, qui sont les mères qui, aujourd'hui, donnent naissance à domicile ? très peu ! et si maintenant, on accouche à la maternité, ce n'est même plus dans une maternité proche du domicile : pour des raisons qui m'échappent (pression des lobbies et des assurances ? - et ce n'est en tous cas pas par économie), il n'y a plus que quelques maternités par régions, des maternités qui n'ont de maternel que le nom... retenons donc en lieu et place et à l'avenir le lieu de début de vie de ces enfants.

il n'y a pas si longtemps, en Europe de l'ouest en tous cas, la seule origine "valable" était celle de son patronyme, c'est-à-dire celle de la lignées uniquement masculine. il y avait bien sûr quelques exceptions, en particulier lorsque certaines épouses étaient "d'illustre descendance".

du point de vue génétique pourtant (et aussi historique, sociologique, ethnique, etc.) il n'y a aucune raison de s'intéresser plus aux lignées "mâles" que "femelles". c'est ainsi que la recherche de mes "origines" a pris le chemin d'une vaste quête internationale que je sais sans fin et semée d'embûches.



vous êtes un caulet, vous vivez en suisse, et vous avez quelque chose à dire ou à partager ? alors vous avez droit à une petite place sur ces pages...
faites vous connaître auprès du boss (email)
©2016 helixir. All rights reserved.