généalogie > présentation

à l'heure où tout est archivé, photoqraphié, enregistré, repertorié, informatisé, on peut se demander si votre arbre généalogique ne va pas vous pousser en deux temps et trois mouvements à partir de votre nom inscrit sur un écran !

loin de là ! si il est vrai qu'internet nous fait saliver à la vue de toutes ces archives bientôt accessibles, la tâche est encore et toujours des plus ardues. rien n'est fait et (presque) tout reste à faire.

à mon tour de planter mon arbuste et espérons que quelques-uns d'entre vous viendront l'arroser en attendant que j'y fasse quelques greffons conséquents.

que ceux qui portent les patronymes CAULET, BROUSSE, COMBERNOUX, ANDRÉ, ARBOUS, JEANJEAN, VALETTE, TOUREN, BLAYAC, BISSAT, PÉCLARD, BORNOZ, GUEISSAZ, JACCARD, MERMOD, THÉVENAZ, ROBELLAZ, GUETTA, BOUBLI, BAHLOUL, CHARBIT, GROSS, BRAMAZ, PYTHON, MAURON, BUCHS, HAYOZ, PÉCLAT, BONGARD, CROT, PARISOD, CAILLET, DAMONT, BRUEL, GAYMOND, PORCHET, BOLOMEY, PACHE, BARBAZ et bien d'autres s'arrêtent sur ces quelques pages et me fassent part de leurs remarques, ou mieux, de leurs contributions...

des racines pour nourrir les feuilles

nul besoin de justifier la recherche de ses racines. c'est "comme ça". et pas autrement.

à l'origine, un arbre de quelques générations, transmis par un grand-père que je n'ai pas connu. et c'est peut-être le fait de ne pas l'avoir connu qui a attiré ma curiosité. une liste de personnes dont je porte en partie le patrimoine génétique pour certains (mes ascendants), ou traits de famille qu'il me faut partager avec la descendance de chacun de ces ancêtres (mes "cousins"), voilà qui donne à réfléchir !

enquête préliminaire

première étape : s'inspirer de ce premier arbre trouvé, et tenter de faire la même chose avec mes 3 autres grand-parents. puis ceux de ma femme... voilà de quoi s'occuper.

cette étape est en principe la même pour tous les généalogistes débutants : interroger tous les membres de la familles, obtenir des dates, des lieux, des documents. et vous verrez, il se trouve presque toujours au moins une personne, dans chaque famille, qui est le gardien des ancêtres. celui qui connaît la plupart des ancêtres, des cousins, et qui entretient encore une correspondance avec tel ou tel cousin é l  o   i    g     n      é...

cette première étape est indispensable si l'on veut aller plus loin.

immersion dans le passé

deuxième étape : la recherche dans les registres d'état civil, quand on a la chance d'en avoir. ceux qui ont plus de 120 ans sont censés être publiques. ils sont la plupart du temps librement consultables, soit sur place, soit sur internet. pour partir d'un bon pied, il est donc primordial de ne pas négliger la première étape, et d'essayer de remonter dans votre ascendance de plus de 120 ans, pour connaître soit la date et le lieu de mariage de vos ancêtres, soit la date et le lieu de leur naissance ou baptême.

vous trouverez ici le résultat de ces recherches, dont certaines branches ont connues plus de succès que d'autres. ces recherches ne sont jamais terminées. pensez : chaque fois que vous remontez d'une génération, vous doublez le nombre de vos ancêtres ! 2 - 4 - 8 - 16 - 32 - 64 - 128 - 256 - 512 - 1024... une génération, c'est environ 30 ans. remontez de 300 ans, et avec un peu de chance vous aurez accumulé 1024 + 512 + 256 + ... = jusqu'à 2046 individus, sans vous, ni vos enfants, ni les ancêtres de votre épouse !

si vous retrouvez ici des données qui vous concernent et qui vous sont propres, en tout temps, vous pouvez en demander la modification ou la suppression. bien entendu, toute personne désireuse de participer à l'aventure et au partage de nouvelles données ou autres documents en rapport avec ces familles est bienvenue et est priée de prendre contact avec le soussigné.



vous êtes un caulet, vous vivez en suisse, et vous avez quelque chose à dire ou à partager ? alors vous avez droit à une petite place sur ces pages...
faites vous connaître auprès du boss (email)
©2016 helixir. All rights reserved.